BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Lâcher dédicace
PANIER MUSIQUE

Interview Myra : j’ai montré la facette d’une femme sensuelle…..

Nous n’avions encore jamais interviewé de rappeuses. Pas par machisme mais par manque d’opportunité. Le tir est rectifié avec cet entretien exclusif  de Myra. La rappeuse nous a accordé un moment: elle raconte tout, de ses débuts à son futur.

 Comment ton histoire d’amour avec la musique a-t-elle démarré ?
Mon histoire avec la musique a commencé depuis le berceau. Je suis issue d’une famille de musiciens donc déjà toute petite j’entendais mon père gratter parfois sa guitare, ma sœur chanter dans la douche les mélodies de BellaBellow, et mon frère jouer de son piano chaque jour. En gros je suis tombé dans la potion de la musique et j’y baigne toujours.
Une question à laquelle tu as déjà certainement répondu dans presque toutes les interviews, pourquoi Myra comme nom de scène? A-t-il un sens?
Mon nom de scène « MYRA » découle du fait que je voulais un nom qui symbolise mon amour pour la musique Hip- hop. Myra est une découpe du mot « My Rap » j’ai juste retiré le « P » pour plus d’esthétique.
As-tu su rapidement quelle direction tu souhaitais prendre dans la musique?
Non comme toute personne qui se construit au fil du temps quand j’ai commencé la musique, je me suis longuement cherché j’ai toujours été partagé par mon amour du rap et celle du chant jusqu’à ce que je me rende compte qu’il n’y avait pas lieu de choisir et que je pouvais tout simplement faire un mélange subtil des deux.  Et c’est ce que j’essaie de faire dans chacun de mes morceaux.
Comment cela a été vécu par les parents vu que souvent dans nos milieux, la musique n’est pas réellement considérée comme une profession?
Vu que mon père était un mordu de la musique cela a été assez facile. Il m’a juste fait promettre d’avoir mon bac avant de me lancer dans une carrière artistique.
Quelles sont tes influences principales ?Qui t’a donné envie de vraiment te lancer la dedans ?
Mes influences principales Brenda Fassie, Diam’s,Beyoncé, Eve.Celle qui m’a donné l’envie de faire carrière c’est Diam’s et j’espère pouvoir un jour faire tout un album avec elle.
Tu sors ton premier single en 2013 « Myra » c’est un titre auto biographique ? Pourquoi ce titre porte ton pseudo ?
Mon premier titre portait  mon nom « MYRA » car c’était ma manière de poser mon emprunt dans la musique Togolaise. Après écoute du son tu ne pouvais que retenir mon blazz.
Faut-il avoir un niveau scolaire élevé pour être un artiste ?
Pour être un artiste il faut forcément avoir un bagage autant intellectuel que musical. Un niveau scolaire élevé pas toujours mais avoir la base minimale pour pouvoir gérer sa carrière et ne pas se faire avoir dans le showbiz musical.
Parle nous de cette chanson acoustique « gangster luv » pourquoi ce choix acoustique ! Tu es entourée de toute  la crème du rap togolais pourquoi avoir choisit Prince Mo pour le rôle principale dans le clip?
« Gangster love » était une reprise du morceau forever des P square que j’avais faits sous l’impulsion d’un ami. J’avoue que je m’attendais pas à un succès pareil du son. Comme on dit souvent il n’y a pas de formule magique pour faire un tube. Ça passe ou ça casse.
J’ai choisi prince Mo car il était le personnage parfait pour le rôle de gangster love et que je voulais depuis travailler avec lui sur  un de mes projets. C’était vraiment top d’avoir bossé avec lui
Entre « Myra » et « Ma Confiance » on ressent une évolution technique, une évolution musicale, et même une évolution sur l’écriture. Comment juges-tu cette évolution?
Je suis heureuse de savoir que mon public ressent de l’amélioration au jour le jour dans mes œuvres. Mon art est entrain de murir avec moi. Mon nouveau single Tchaka en est le reflet car elle fait découvrir toute la féminité et la sensualité de Myra.
Ton public murmure comme quoi tu aurais un penchant pour un rappeur que leur réponds-tu?
Je répondrai à mon public que je suis avant tout une amoureuse de la musique et que j’ai un penchant pour tous ces artistes qui font donc de la bonne musique.
« Tchaka »  comment ce titre est né ? C’est quoi son histoire ? c’est du vécu ?
Mon  nouveau  single « Tchaka » en collaboration avec Nasty Nesta est un son qui parle de l’amour d’une manière spéciale et propre au jeune. C’est un son que j’affectionne beaucoup car j’ai montré dessus une facette de moi que mon public devait connaitre celle d’une femme sensuelle qui assume sa féminité. Myra avant d’être une rappeuse ou une chanteuse est une femme.
Après un an d’absence sur la scène musicale tu fais ton grand retour avec « tchaka » un duo avec nasty, qui a eu l’idée de cette collaboration?
Cette collaboration a été réalisé grâce à LSAPROD la nouvelle structure qui me produit. L’un des managers connaissait bien Nasty et lui a fait écouter le son auquel  il a tout de suite adhéré et le reste a suivi.
On t’a connu en reine du hip-hop, aujourd’hui tu reviens avec des sonorités Afrobeat est ce que ça veut dire tu changes de style musicale?
J’ai toujours été partagé entre le rap et le chant la preuve est que « gangster love » mon son le plus connu du public était du chant. Je crois donc que mon public est déjà habitué à me voir revêtir le costume de chanteuse. Je tiens quand même à préciser que cela ne veut dire en aucun cas que j’abandonne le rap. J’ai juste décidé de mettre un peu plus d’accent sur la chanteuse.
Tu as changé tant physiquement que musicalement à quoi est dû ces changements es que c’est pour répondre a ceux qui t’on toujours traité de garçon manqué parce que t’aime le foot et le rap ?
Mon style et ma musique ont évolué je n’emploierai pas les mots « changer ». Car il m’arrive toujours de m’habiller en mode « garçon manqué ». Je ne suis plus la même qu’il y a sept ans quand j’ai lancé mon premier single donc c’est normal qu’avec le temps ma musique et mon style vestimentaire ai évolué. Le plus important pour moi c’est que ce soit de manière positive. Et vu l’accueil que mon public et mes fans ont fait à mon nouveau single je pense que c’est le cas.
J’ai vu une prestation de la famille; toi, Eric(grand frère) et lyne ( grande sœur) comment vous vous accordés sur scène c’est juste un kiffe , mais es que dans la vie de tous les jours c’est la même ambiance ?Qu’es qu’ils t’apportent dans ta carrière artistique ?
Avec ma famille depuis le bas âge avec mon frère (the iRick) et ma sœur (Lyne ELINAM) ont faisait des prestations devant nos amis pendant les anniversaires les fêtes de fin d’année et autres. Et sa partait le plus souvent de mon frère vu qu’il était le pianiste de la famille. Il nous faisait des morceaux sur lequel nous devions bosser et on faisait après des répètes générales pour arranger le tout avant la prestation. Ils m’ont beaucoup apporté dans ma carrière car c’est grâce eux que j’ai développé cet amour pour la musique et c’est avec eux que j’ai appris les bases de la musique.
Une petite partie de tes fans est extrêmement déçu de ces changements et regrette Myra la râpeuse, qu’à tu as leur dire?
Pour mes fans qui se sentent déçus par ce changement je leur dirai qu’il n’y a pas de quoi l’être. Faites-moi juste confiance et continuer par me soutenir dans mes choix musicaux. Bientôt vous comprendrez le  pourquoi de ces choix artistiques. Le meilleur est à venir…
Tu as une activité à part la musique ?
A par la musique j’ai diverses autres activités mais la musique prend 80% de mon temps.
J’ai remarqué que tu évoques souvent ta femme  dans tes chansons. Est ce que ca veut dire que c’est toi qui aime plus dans une relation ?
Je dirai plutôt que j’ai du mal à dire avec des mots juste ce que je ressens la plupart des fois et ma musique me permet d’avoir le courage et la meilleure manière d’exprimer mes sentiments.
Quels rapport as-tu avec tes consœurs rappeuses? Plutôt Chelsea ou Milly Parkeur ?
J’ai de très bons rapports avec mes collègues rappeuses. Je suis certes plus proche de certaine que d’autres mais pour la plupart on a de très bons rapports.
Wadjo radio oblige, lâches nous un gnadoè « scoop» donne nous deux couple d’artiste.
Loool…. Couple de stars j’en connais pas trop à Lomé.
Es qu’il y aura d’autre surprise après « tchaka »
Bien sûr que je réserve d’autres belles surprises à mes fans pour la suite. Comme je le dis souvent le meilleur est à venir.
Quelles sont les difficultés  que tu as rencontrées durant ton parcours ?
Durant mon parcours j’ai rencontré beaucoup de difficulté mais c’est le dépassement de soi qui a été le plus marquant pour moi car le vrai combat à mener c’est contre soi-même. Nul à part nous-même ne décidons si le rêve commence ou s’arrête ici…
De tes  quelques années de carrière, de quoi es-tu la plus fière ?
Ce qui me rend la plus fière dans ma carrière c’est quand une jeune sœur m’approche et me dis que je lui ai donné l’envie de faire du rap ou de se lancer dans la musique. Je me dis que tous ces sacrifices ont au moins servi a inspirer certains et à enclencher déjà une relève pour demain.
Avant de refermer l’interview, est-ce que tu peux nous faire un petit bilan sur le rap au Togo.
Je ferai plutôt un bilan sur la musique Togolaise en disant que nous sommes sur la bonne voie. Le milieu artistique se professionnalise les managers et autres acteurs reconnaissent la nécessité de se former et de créer une réelle industrie de la musique au Togo. D’ici cinq ou dix ans je pense que la musique Togolaise aura un réel impact en Afrique et dans le monde.

Laissez un commentaire sur wadjoradio.fr

commentaires

A propos admin

Ecoutez la musique Togolaise dans toutes sa diversité. Découvrez tous les nouveaux tubes sur Wadjoradio.fr, votre Webradio 100% musique Togolaise à travers le monde. Wadjo radio le N°1 de la musique Togolaise

Lire aussi ceci:

[Interview audio]K-roll: ses confessions émouvantes sur son parcours!

Il y’a quelques jours nous vous avions fait découvrir  « dzidzome », sorti par la chanteuse il ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.