Interview R-Queeny : je veux et j’ai décidé de me concentrer sur l’objectif…

R-Queeny est une jeune chanteuse à découvrir d’urgence ! J’ai eu la chance de découvrir son univers emprunt de sonorité Afro. Totalement sous le charme, j’ai invité l’artiste à répondre à mes questions. Vous le verrez, la demoiselle ne manque pas d’humour !

Bonjour la ravissante R-Queeny, comment va la douce voix ?
Bonjour , bonjour chers lecteurs, Je me porte à merveille par la grâce divine (sourire…).
Comment on s’inspire pour choisir un tel pseudo d’artiste, es ce que tu peux nous faire sa genèse en quelques mots ?
R-Queeny veut tout simplement dire la jeune reine de l’art. R (art) Queeny (jeune reine). Reine c’est mon prénom mais en plus d’être chanteuse, je suis peintre décoratrice, j’aime le cinéma, l’écriture, la lecture,le dessin… bref j’adore l’art. Le pourquoi ce pseudo que je pense bien me défini.
Le parcours de R-Queeny dans la musique de ses débuts à aujourd’hui.
Mon parcours professionnel à commencer en 2014 avec le titre « Edzi Nyé » sous l’égide des structures 12.05 Production et Hustler Fabrik. Un titre qui m’a permis de gagner les coeurs des papas, des mamans et surtout de la jeunesse.Après ont suivi « Fall In Love », « Evivina Dé » avec Sethlo, « Menopoz » le meilleur featuring aux All Music Awards 2017 avec Black T, « Ça Mousse » et tout récemment « Sucré Salé ». Sans oublié les Collectifs « Femmes Leader », « Jeunes Vaillants » et quelques autres collaborations. Un parcours riche en apprentissage. Depuis Avril 2017 j’évolue avec la structure Objectif de Hyacinthe Atta qui sonne une nouvelle ère à ma carrière.
Y-a t-il un ou une chanteur (se) qui a marqué ton enfance ?
Pour la petite histoire… Mon père (paix à son âme) vendait des cassettes donc mon enfance a été bercé par les vieilles gloires de la belle musique togolaise comme Afia Mala, Bella Bellow, Agboti Y. Mawuena, Fifi Rafiatou, Adabadzi Dzobokou, Ana Disseni… Pour ne citer que ceux là… Mais j’avoue avoir un grand penchant pour maman Afia Mala.
Ma question va peut-être te paraître superficielle, mais tu as noté une différence dans le regard porté sur toi ?
(rire) Oui… Oui d’aucun pense que la timide Queeny de mes débuts n’est plus pareille à la « buzzeuse » ou encore la « mousseuse » d’aujourd’hui. J’ai déjà écouté certains me traiter de la pute culturelle (rire). Aussi bizarre que ça puisse paraître, ça me fait plus de bien que de mal. Ça prouve combien nos cibles sont touchées par mon talent d’actrice (rire).
Qu’est ce qui est pire, selon toi, dans ce milieu de showbiz africicain: être une femme mince, avoir des rondeurs ?
Je ne saurai répondre puisque je ne suis pas une femme ronde, du moins pas encore (rire). Mais une grande soeur (ronde) m’a avoué tout dernièrement qu’elle reçoit aussi des injures sur scènes concernant ça forme. C’est vrai que très souvent on me demande pourquoi je suis si petite, de grossir un peu. Ce qui veut dire que dans tous les cas le public trouvera toujours à dire. Mais comme je le dis souvent svelte ou ronde l’essentiel est que ça mousse.
Raconte-nous la cohabitation avec les autres filles de « Femme Leader » c’est quoi tes rapports avec les autres filles.
Le collectif Femmes Leader est une famille de 7 sœurs. Si tu as envie de voir Queeny dans ces délires, il suffit de bien l’observer quand elle est avec les filles du collectif Femmes Leader (rire). Elles sont ma drogue.
Comment tu gères un tel succès à ton jeune âge ?
Ça fait la  troisième fois dans le mois qu’on me parle du »succès », j’ose croire qu’on est sur la bonne voix. Mais le succès j’en ai pas encore, je ne suis qu’à mes débuts… Je gère l’étape où j’en suis par la grâce de Dieu avec le soutien de mon staff et ma famille. Si non, la team Objectif et moi travaillons jour et nuit moi et pour l’atteindre.
Tu penses que ton public est uniquement composé de jeunes femmes de ton âge ?
Non du tout, mon public est également composé d’autres classes d’âge compte tenu de mon style musical et des thèmes abordés dans mes chansons qui concernent d’autant plus les couples que la jeunesse.
Est-ce que tu as une icône en terme de style ?
Non pas vraiment, j’apprends de toutes les horizons.
Entre le single « menopoz » et ton award de la catégorie meilleur featuring, ça va, 2018 commence plutôt bien ?
Oui 2018 commence bien avec un trophée pour bien commencer l’année. Un planning bien chargé et de nombreuses surprises en commençant déjà par sucré salé qui se fait déjà une place de choix.
On dit souvent qu’il faut correspondre à certaines cases prédéfinis dans ce milieu artistique et qu’il est difficile pour une femme artiste d’être chanteuse sans être confronté à la critique. Et toi, tu y arrives sans problème.C’est quoi la magie qui opère chez toi ?
(rire) Ce n’est pas de la magie, il faut dire que j’ai eu la chance d’être togolaise (rire). Comme quoi est togolais qui peut et non qui veut. On est vacciné contre les critiques.( Je rigole) il faut juste retenir que je sais ce que je veux et j’ai décidé de me concentrer sur l’objectif plutôt que sur les bruits tout autour qui peuvent m’en éloigner.
Il n’y a pas de honte à le dire je mesure mes mots je suis tombé sur ton charme ? j’imagine que je suis pas le seul à vouloir savoir, as-tu un amour dans ta vie en ce moment ?
Il n’y a vraiment pas de honte juste que vous êtes nombreux à tomber sur mon charme et j’en ai qu’un seul donc reste dans la queue (rire). Le poste n’est encore attribué à personne, je suis encore célibataire mais les surprises ne cessent de pleuvoir ces temps-ci.
Comment tu t’es sentis la première fois que tu es montée sur scène ?
Déterminée à prouver d’abord à moi même ce que je peux offrir ensuite à mon public et super stressée.
Envisages-tu de poursuivre dans un autre domaine par la suite ? par exemple dans le cinéma Africain qui est en plein essor ?
J’envisage poursuivre bien évidemment dans le domaine du cinéma par la suite ou même plutôt que prévu. Mais aussi dans ma carrière de peintre décoratrice qui est sous silence ces temps-ci en faveur de la musique.
Tu as collaboré avec de nombreux artistes, si tu devais retenir une rencontre qui t’a particulièrement appris ou marqué ?
C’est ma rencontre avec Black T, une rencontre qui à la base s’est faite dans l’optique d’un projet solo où il devrait juste me faire un beat selon les consignes de mon Directeur Artistique Hyacinthe ATTA. Mais il a proposé un projet de collaboration par la suite qui avec le planning de génie de nos staff est devenu un tube et le meilleur featuring de l’année.
Comment as-tu vécu les critiques sur la photo buzz pour le lancement de titre « Menopoz » avec black T dans la salle de bain ? Tu redoutes les critiques ?
Des critiques et injures qui a un moment m’ont fait croire qu’il s’était réellement passé quelque chose à part le domaine professionnel entre Black et moi (rire). C’était très fort, on dirait que tout le monde s’attendait à ce genre d’événement et nous on en était fier, ça venait de nous. C’est nous qui l’avons créé et on l’assume. Il a fallu juste quelques heures pour me faire connaître de partout alors que je chantais depuis un moment sans qu’on ne me prête vraiment attention. J’étais juste fière de mes compétences bien que j’avais aussi peur que les choses ne se passent pas comme prévu compte tenu des critiques qui en découlaient.
Est-ce que tu lis tout ce qu’on écrit sur toi ? Est-ce que tu cherches à contrôler ton image ?
Je lis tout ce qu’on écrit sur moi temps que j’en suis informée pour retenir le nécessaire et mieux m’orienter dans les jours à venir et surtout pour contrôler mon image.
De ta carrière est ce qu’il y a un morceau que tu affectionnes plus particulièrement ?
J’aime toutes mes chansons comme une mère peut aimer ses enfants d’un unique amour. Mais je pense que je peux faire mieux alors une de mes chansons que j’affectionne particulièrement, je ne l’ai pas encore composée.
Les acteurs de « la Structure Objectif  » que tu as intégré en 2017 et ceux que tu es amenée à rencontrer sont-ils protecteurs envers toi ?
Hyacinthe ATTA est le plus protecteur de tous ceux qui j’ai déjà eu à rencontrer jusqu’ici. Un conseil ne lui dis pas que tu es tombé sur mon charme… Il peut penser que c’est pour l’écraser que tu tombe dessus (rire).
Sur ta chaine youtube tu as fait un clin d’œil à Almok en reprenant en acapella son titre « etoukpé » c’est une artiste que t’admire dans cette masse ? Pense-tu que c’est facile de concilier vie de couple et vie artistique ?
Almok est une aînée à qui je tire mon chapeau pour sa détermination et son talent. Je l’admire beaucoup. Ce n’est peut-être pas facile mais c’est possible de concilier vie de couple et vie artistique c’est tout comme être femme au foyer et fonctionnaire à la fois. Surtout quand ton homme comprend ce que représente ta carrière pour toi.
Quelle fut ta première émotion musicale ?
Ma première émotion musicale était l’amour, mon premier amour.
Dans le clip de « ça mousse » tu dégage une énergie sur la chorégraphie, quel message tu véhicule dans ce titre ?
Ça mousse met en valeur la femme svelte et donne espoir à toute personne qui traverse un moment difficile de garde confiance en elle et de se dire que ça finira par mousser.
Même si tu préfères laisser le public découvrir tes chansons sans trop en dire, peux-tu nous révéler une anecdote sur l’enregistrement du titre « ça mousse »?
L’enregistrement de ça mousse était le plus facile de toutes je pense. Kang The Dreamer m’avait donné une heure pour la prise de voix et en moins de 45min on avait déjà fini. J’avais proposé un refrain qui n’a rien à voir avec la femme. Mais quand Kang à commencer par jouer, les premières paroles et mélodies que j’ai eu étaient la partie de « tu peux répéter? » et c’est à partir de là que j’ai fait le refrain actuel de la chanson.
 Je ne t’ai jamais vu en personne mais dans tes clips tu parais grande, tu mesure combien ?
Je préfère taire ce détail pour continuer par impressionner ceux qui ne m’ont jamais vu en personne et pour les inciter à vouloir me voir comme ça à mes prochaines prestations il y aura encore plus de monde.
Qu’est-ce qu’ils représentent pour toi ces titres »sucré salé »et « fall in love » ?
« Fall in love » est une suite de « Edzi Nyé », une façon de dire qu’il faut l’accord des parents dans toutes relations amoureuses selon nos moeurs avant de se donner l’un a l’autre.
Sucré Salé est une dédicace que j’offre aux couples qui envisagent la séparation ou le divorce de se souvenir des bons moments passés ensemble que des mauvais et le bonheur que ça leur procure pour ne pas y renoncer.
On t’a vu aux cotés de Dyana, K-Roll, Niskah, Waw Tankoudim pour le remix de « Djaglan », c’est plus facile de collaborer entre femmes ?
C’était une collaboration fructueuse et surtout facile pour moi puisqu’avec les autres filles j’étais déjà en de bons termes. C’était une belle expérience.
En préparant cette interview je suis tombé sous le charme de «  Edzinyé , l’amour a tel une place importante dans ta vie ?
J’aime l’amour puisque où se trouve l’amour reigne la paix.
Peux-tu nous parler des projets à venir musicalement ?
Plein de surprises dont mon album et des collaborations en vue. Surtout ouvrez grandement les yeux sinon vous ne verrez rien arriver.
Y a t-il une question en particulier que tu aurais souhaité que je te pose que je n’ai pas posé ?
Oui j’aurais aimé que tu me demandes quel genre d’homme j’aimerai avoir pour époux juste pour filtrer le dépôt des candidatures (rire)
Que conseillerais-tu pour les femmes qui veulent se lancer dans la musique?
Avoir confiance en soi, ne pas perdre espoir, travailler dur, rester humble et apprendre des aînés. Ne pas chercher à prouver quoi que ce soit aux autres. Chercher à se surprendre soi-même. Se surpasser et la lumière apparaîtra quand on s’y attend le moins et surtout croire en son créateur.
Une adresse, un site, tes réseaux sociaux pour tes fans ?
Youtube, Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat(R-Queeny Officiel) (00228)92935656, 91593999.
Nous arrivons à la fin de cette entrevue un salam (salutation) à faire ?
Mes salutations à la team Objectif, au Fan-Club R-Queeny, aux collectifs Femmes Leader, Jeunes Vaillants, aux Djaglan Girls, à tous les acteurs Culturels du 228, à tous ceux qui aiment ce que je fais et me supportent sans excitation. À toi qui me lis je te fais un clin d’oeil.
Merci R-Queeny d’avoir réponduà mes questions, toute notre équipe de wadjo radio te souhaite une longue carrière dans la musique, le dernier mot est à toi.
Merci à toi pour cette interview, merci à toute ton équipe pour tout ce que vous faites pour la musique togolaise.

                                                                                                    Interview réalisée par Kissoule

Laissez un commentaire sur wadjoradio.fr

commentaires

A propos admin

Ecoutez la musique Togolaise dans toutes sa diversité. Découvrez tous les nouveaux tubes sur Wadjoradio.fr, votre Webradio 100% musique Togolaise à travers le monde. Wadjo radio le N°1 de la musique Togolaise

Check Also

Valentine alvares, une togolaise completement live

Le projet scénique de Valentine Alvares est remarquable dans le sens où il réunit les …

[Interview] Chella Eniola Bonita : mes œuvres c’est plutôt un côté folle et un physique caché que je montre..

Elle raconte ici son métier d’humoriste, sa vie, sa vision de l’humour et ses doutes. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.